ACCUEIL     |       SCENE      |       TEXTE      |         FILM   

     SPECTACLE RUSSE (SURTITRE) EN FRANCE



tatiana

Le spectacle

Jeune écrivain, damné et censuré par les autorités religieuses de son pays, Lacha Bougadzé déclare une guerre satirique à ce qu'il considère comme le «caractère géorgien le plus cauchemardesque : le stéréotype du géorgien gros, heureux, fêtard, doté d'un faux humour et d'une fausse poésie.» Pitié zéro. Ici poussés à leurs paroxysmes, les archétypes virent au crime ou au cannibalisme.

Résultats monstrueux et grotesques de coutumes trop prégnantes ? «La tradition ne recouvre pas toujours un phénomène positif, ironise l'auteur, et certaines traditions peuvent se révéler nuisibles...»

La pièce, galerie de portraits taillés au couteau trempé d'acide, agence des anecdotes, collages ou sketchs de la vie quotidienne en Géorgie. Pochade féroce ou cauchemar salvateur, elle dépeint l'ordinaire des drames familiaux et des dérives diverses. La société géorgienne d'Une Tatiana bouleversée vacille sur les ruines de sa guerre perdue contre l'Abkhasie. Co-fondateur et co-animateur du Teatr.doc, le metteur en scène Mikhaïl Ougarov s'intéresse quant à lui au "délabrement social général dû à la guerre contre la Tchétchénie". Dans une proposition formelle qu'il souhaite dépouillée, il interroge depuis des caricatures féroces, la dégradation des fondations de la société russe.

Parmi les acteurs, Olga Lapchina et Artiom Smola ont chacun reçu le Prix du Meilleur acteur du festival Novaia Drama 2003.




Une Tatiana bouleversée

Texte
Lacha Bougadzé
Traduction du géorgien au russe
Maia Mamaladzé

Mise en scène
Mikhaïl Ougarov

Traduction & surtitrage
Tania Moguilevskaia
Gilles Morel


Avec
Serguei Epichev
Olga Lapchina
Vladimir Pankov
Artiom Smola
Iulia Tchebakova


Coproduction
teatr.doc /
Festival Novaia Drama - Moscou

Créé en 2003



fullversion EXTRAIT VIDEO 3 MN






Le texte

- Ce jour-là, en rentrant chez moi, j'ai vu la femme de Dzima, celui qui est mort à la guerre. Cette chiffe de Dzima, mort en héros à la guerre, pendant que mon Chalva change les feux du vélo de Zouriko! Où est la justice ?
C'est quoi cette vie ? Ce misérable Dzima est vautré solennellement, couvert de sang, en morceaux, la tête défoncée... Un héros. Et mon pauvre Chalva qui a travaillé honnêtement toute sa vie, à plat-ventre sous le vélo de Zouriko ? C'est quoi ce pays!
Cet imbécile de Dzima, élevé par son crétin d'oncle est incapable de savoir combien font 2 et 2. Mort en héros sans tombe, vautré là-bas percé de balles, alors que mon pauvre Chalva... un honnête homme doit rester à mes côtés à s'occuper des feux du vélo de Zouriko ?! Qu'est-ce que j'ai à dire à ce pays ?
Cette charogne repose là-bas avec le crâne défoncé, alors que mon brave et talentueux Chalva à mes côtés se tortille sous le vélo de Zouriko ? Est-ce Dzima, ce fils d'âne, qui devait mourir là-bas ou bien mon angélique travailleur de mari ?!
Mon Chalva en or, change les feux de ce satané vélo... au lieu de reposer mort comme un vrai homme! Si c'est ça la justice! Cette véritrable perle ne quitte pas le vélo crasseux de cette racaille de Zouriko et lui change les feux... Et là-bas, en première ligne, en tout éclat, repose tout à son aise ce bon à rien de Dzima... Mon Chalva n'en finit pas de changer à ce putain de Zouriko, tantôt les freins, tantôt les feux ...alors que Dzima, ce fils de sorcière, gît là-bas, couvert de gloire!

(Chalva entre.)

- Qu'est-ce qui t'arrive, Tatiana ?
- N'est-ce pas mon ange que c'est toi qui devrait être mort à l'heure qu'il est ?


 

   SPECTACLES RUSSES sur nos scènes saisons de 2001 a 2003




 

   SPECTACLES RUSSES sur nos scènes saisons de 2004 a 2012




 

le theatre russe par Gilles Morel depuis 2006 - tous droits reserves